Laure Guérin Taquet est slasheuse RH en temps partagé et dirige LGT / RH. Elle s'est prêtée au jeu des questions-réponses pour nous parler de son activité destinée aux TPE et PME de Seine-et-Marne.

Découvrez Laure Guérin Taquet, dirigeante de LGT / RH en Seine-et-Marne

 

Présentez-nous LGT / RH et les services aux entreprises que vous proposez ?

Je propose de conseiller les dirigeants de TPE et PME sur les différents aspects RH de leur structure, et ce en temps partagé.
Je peux accompagner la croissance de l’entreprise avec le recrutement, aider à monter un plan de formation, prévenir des risques RH, ou encore intervenir pour le déploiement d’une culture d’entreprise et dans l’acquisition de bonnes pratiques RH. Du socle administratif et légal (communication interne et externe), à la vision sur le moyen et long terme (RSE, marque employeur), en passant par la gestion de leurs talents (de la détection à la reconnaissance), je m’adresse aux TPE et PME de maximum 30 personnes, et exclusivement en Seine-et-Marne qui est un territoire auquel je suis particulièrement attachée pour la diversité de son cadre de vie et ses possibilités de développement économique.

Que veut dire « temps partagé » ?

Les besoins RH des TPE / PME sont nombreux et n’attendent pas la mise en place d’une direction des RH pour s’exprimer. Mais ces entreprises n’ont pas forcément besoin d’un DRH permanent, n’ont pas les moyens de se l’offrir, ou ne peuvent faire face au coût d’une expertise que pendant une durée définie.

Intervenir dans les TPE et PME en temps partagé, c’est une autre façon de travailler qui a des avantages tant pour l’entreprise que pour moi.
Pour l’entreprise, le Travail à Temps Partagé permet de répondre à des besoins de personnel qualifié quand la création d'un poste RH à temps plein pour l’entreprise n'est pas justifiée. J’interviens d’une à plusieurs journées par semaine (ou par mois), en fonction de leurs besoins et de leurs moyens. Et qui dit « employé à juste temps » dit aussi maîtrise des coûts, sans alourdir la masse salariale. C’est une vraie source de flexibilité. C’est aussi l'occasion pour les entreprises de trouver des compétences qui correspondent à leurs besoins, au moment où ils en ont besoin.
Je commence par établir un diagnostic puis à son issu, nous décidons, avec le dirigeant, des points sur lesquels il souhaite avancer prioritairement puis sur du moyen et long terme. Cela permet ainsi de se mettre d’accord sur le nombre de jour d’intervention par mois ou semaine au sein de son entreprise.
De mon côté, cela m’apporte une certaine autonomie et un équilibre entre la vie professionnelle et la vie de famille.

Aujourd’hui, je suis d’ailleurs en discussion avec une entreprise qui propose du temps partagé au niveau national et qui envisage de se développer en Seine-et-Marne. Peut-être le début d’une belle collaboration où je deviendrais une référente territoriale pour cette marque.

Sur LinkedIn, vous vous présentez comme « Slasheuse RH ». Vous pouvez nous en dire plus ? Et plus globalement, qui se cache derrière LGT / RH ?

Ma première partie de carrière s’est déroulée au sein d’un grand groupe où j’ai fini par manager un service d’une vingtaine de personnes. J’ai pu pratiquer un management de proximité et transversal avec une part importante dans le développement des compétences en lien avec la stratégie de l’entreprise et la politique RH.
En 28 ans de parcours, j’ai su identifié ce qui me motivait le plus : la diversité des tâches et la polyvalente de mes missions. Au fil des années, j’ai aussi ajouté des cordes à mon arc : accompagnement de dirigeants, gestion et pilotage de service. Un éventail de compétences que je mets aujourd’hui à la disposition des TPE et PME de Seine-et-Marne par le prisme des ressources humaines.

J’ai aussi participé au lancement d’une communauté participative digitale et à un hackathon managérial national, ce qui fut très enrichissant. En étant très active sur les réseaux internes, cela m’a permis de me différencier et ainsi de prendre part à de beaux projets.

À 47 ans, j’ai repris mes études pour passer un Master à l’IGS RH, celui de Responsable de la Gestion des Ressources Humaines. Et je parfais actuellement cette théorie avec un autre double cursus Master 2 ET MBA : Management des Ressources Humaines et Recrutement à l’ère du digital.

C’est dans ce même esprit que j’ai aussi créé un groupe sur LinkedIn « RH collaboratives ». L’idée étant de mutualiser les connaissances entre acteurs du service RH, partager nos expériences mais aussi échanger des offres de recrutement. Je crois énormément dans la force du collectif.

Quel déclic particulier vous a poussé à vous lancer dans cette aventure LGT / RH ? Pourquoi cibler les TPE/PME et qu’est-ce qui vous motive au quotidien ?

J’ai réalisé, grâce à un bilan de compétence entre autre, que j’avais un grand besoin d’autonomie et de responsabilités. J’avais toujours besoin d’avancer, d’être reconnue, d’évoluer, vite. Dans les grands groupes, c’est un management avec beaucoup de strates, et le rythme n’est pas le même. À l’inverse, les TPE/PME ont cette réactivité, ce besoin d’avancer qui me booste. Elles ont cette agilité qui nous immerge rapidement dans un état d’esprit plus libre. Une sorte de « tout est possible ». La proximité dirigeants-employés permet de nourrir un moteur commun : développer et faire grandir l’entreprise ensemble. Le « test and learn » est beaucoup plus présent et les résultats sont visibles rapidement. C’est vraiment motivant au quotidien.

Qu’est-ce que vous conseillez le plus souvent aux TPE / PME ? Sur quel(s) aspect(s), les entreprises doivent-elles être vigilantes aujourd’hui ?

Ce que je conseille, c’est de ne pas se dispenser d’un expert en RH. À partir de 1 salarié, les challenges commencent.

  • Il y a des obligations simples d’affichage, à l’embauche, un cadre réglementaire... C’est important d’avoir un bon socle.
  • Un recrutement prend du temps, peut coûter cher et doit s’inscrire dans une vision à long terme. Trouver le bon collaborateur, le Talent qui saura accompagner l’entreprise est primordial. Charge aussi à l’entreprise et au service RH de savoir le fidéliser et créer un attachement.
  • Il est important d’être attractif, et ça passe aussi par l’image que l’entreprise donne. Les futurs partenaires et collaborateurs portent aujourd’hui une attention particulière à la réputation de l'entreprise, ses valeurs, son organisation, sa communication interne. D’où la nécessité d’avoir une marque employeur claire et une politique de RSE engagée. Cela permet de valoriser l’entreprise et de gagner ainsi des parts de marché.

Aujourd’hui, les dirigeants ont de plus en plus conscience que les salariés demandent de la reconnaissance et des conditions de travail de qualité. Les entreprises doivent attirer des talents, les fidéliser, être attentives à leurs attentes. Selon moi, l’acteur RH a toute sa place aux côtés du dirigeant pour accompagner au mieux la vie de l’entreprise dans cet objectif.

Êtes-vous originaire de la Seine-et-Marne ? Pourquoi avoir installé votre entreprise ici ?

Je suis arrivée en Seine-et-Marne en 2010. J’ai quitté la Seine-Saint-Denis pour trouver un cadre de vie plus agréable, plus vert. Le département est vaste et les entreprises nombreuses (+ de 85 000). Même si mon activité est une goutte d’eau dans l’océan économique seine-et-marnais, j’ai envie d’apporter ma pierre à l’édifice en travaillant au sein de ce territoire. Si on veut que la Seine-et-Marne se développe il faut l’aider et participer à son développement.

Il y a-t-il une signification particulière à « LGT » ?

LGT comme Laure Gère vos Talents, La Gestion des Talents.
Ce sont également mes initiales : Laure GUÉRIN TAQUET.

Enfin dernière question, pouvez-vous nous donner 2 ou 3 mots qui caractérisent la Seine-et-Marne de demain selon vous ?

  • Un champs des possibles économique important.
  • Un territoire vert et bleu à préserver.
  • Un territoire de caractère où il fait bon vivre.

 

Pour prendre contact avec Laure, découvrez son site internet.

 

LGT-RH

 

 

 

 

Interview réalisée par Anne-Constance Klein – Seine-et-Marne Attractivité